Bienvenue à tous et toutes

Bonjour,

Bienvenue à toutes et tous sur ce blog de votre association Paroles de Poètes. Il est ouvert aux paroles des poètes du monde entier sans aucune discrimination.
Cependant, il a une ambition toute particulière. Bien plus que les poèmes, il attend aussi et surtout les poètes, de chair et de cœur !
Il veut faire ici ce qui ne se fait nullement part ailleurs: que les poètes s’expriment, eux, et qu’ils se causent entre eux.
Pas avec une réponse de circonstance sur le poème que l’on vient de lire, mais avec une réflexion libre et ouverte, un avis et des questions, un point de vue et des suggestions, etc.
Que chaque lecteur dise comment il apprécie et juge le poème qu’il commente.
Qu’il dise comment il le ressent et le comprend ou ne le comprends pas. qu’il dise ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas, ce qui l’accroche ou le gêne. Qu’il pose les questions de son choix: « pourquoi comme ceci » ou « pourquoi cela ».

Que chaque auteur accepte tel ou tel désaccord d’un lecteur, telle ou telle remarque ou interrogation.
Qu’il s’efforce aussi de présenter son poème : son point de départ, son écriture, les intentions de l’auteur, ses choix d’écriture, ses difficultés, etc.

Que chacun sache que seule cette ouverture par  l’expression et la réflexion de chacun donnera à ce blog une utilité et un intérêt spécifiques.
Faites vos propositions pour nous aider à construire ce véritable « dialogue entre poètes ».
C’est avec le « grain de sel » et les avis de chacun que nous bâtirons ce club de poètes, un club autour de leurs paroles de poètes.

Roland ————-

Poésie

Au bord du chemin

Usées par les chemins, de routes sans issues
Ses semelles d’avoir sûrement trop pensé
Errance d’un fatal oubli, coup de massue
Blessent son cœur froissé, d’un parcours insensé

Son soleil de minuit, n’a jamais d’aurore
Ses étoiles sont rangées en chambre noire
Son amie la lune, couleur d’héliodore
S’est envolée, abandonnant son vieux perchoir

Vide effronté, débordant de silences
Blizzard écorchant, son visage trop blafard
Sans doute le trop plein de cette absence
La marche du calvaire, marche du cafard

Silhouette furtive, dans l’épais brouillard
Pauvre riche, marchand en amères déceptions
Il n’a pas d’étal pour vendre aux pillards
Vandales aux mains sales de la corruption

Il a perdu son nom, sans doute pour de bon
On lui a volé, peut être un soir d’été
Le soleil obligeant, lui offrait des bonbons
Afin de passer un hiver sans anxiété

La friandise fondue, le voici tout nu
Ruiné, dépossédé de ce qu’il a construit
Les pieds et mains liés de cette déconvenue
La croix du sacrifice, d’un univers détruit

Il s’en va sans se retourner, vers l’inconnu
Pour de lointaines galaxies d’un autre temps
L’espace des morts vivants sa déconvenue
La bas il est devenu roi, c’est le printemps

Rémi dit Pilatom texte protégé 20/01/2017

 

Elle m’a quitté

Elle m’a quitté

Tous savaient, attendaient… Elle m’a quitté hier soir
très tard, sans faire de bruit, avalée par la fête
de l’autre… sans un mot, résolue, sans bonsoir
sourde à mes tristesses, libérée, satisfaite.

Nous étions si proches et nos destins construits
pour une vie ensemble ni heureuse ni sombre
rythmée de joies, bonheurs, larmes, ou ennuis
mais nous cohabitions, intimes, sans encombres.

Elle savait tout donner et pouvait tout prendre
de nos destins unis trouvant en chaque instant
sa métamorphose douce et parfois tendre…
Ensemble nous étions de ces couples exaltants.

Mais Chronos proféra ses dégâts renégats.
Elle m’a quitté hier soir et je me désespère
On ne se verra plus. Terminée la saga.
Naît l’année suivante espérée plus prospère.

Elle m’a quitté, elle est partie, elle me manque
La future, la nouvelle, amorce son passé
et prend connaissance, éclipsée dans sa planque,
de tout l’héritage, sans choisir ni casser.

Des amis la voient eux plus belle en devenir.
Moi je me dis fidèle à tous mes souvenirs
mais je ne crache pas sur la nouvelle ânée
à la moindre faute je risque son avoinée…

Alors, je nous la souhaite bien sûr parfaite
mais attention. La déesse de l’amour Aphrodite
sait être agressive détruire les unions
quand l’année se mêle de nos déprédations.

L’année nouvelle se fête en belles invitations,
nos desseins nos désirs remis à cet allié
en appels enflammés en projets journaliers.
On la convie ? Elle et nos plus belles passions !

AUBE Poésie de l’hiver

La nuit, lente
ne compte plus
ses heures
L’aube l’effleure
– caresse de clarté –
et déjà l’ombre s’enfuit

Un jour se lève
au-dessus des rêves embués
Pourquoi le monde
est-il si gris ?

Le jour écarquille les yeux, ébahis

La brume a envahi l’espace
d’entre les cœurs
Ses gouttes de vapeurs
emprisonnent l’horizon
d’une étrange torpeur

*
horizon perdu
sous voile de brume ~
les dernières feuilles sèches

*
un faisceau de rose
entre la grisaille
de la brume et du ciel ~ l’aube

**

— Nadine L.

Solitude.

Solitude.

Solitaire, fleur d’errance
Tu te perds dans l’oubli,
Livrée à tes silences
Tu fanes ton ennui.

Jonche ton cœur civière
Dans le sous bois altier,
L’âme pleine de lumière
En l’éther familier

La clarté salutaire
Auréole d’espoir
Les amours en jachère

D’un Bonheur illusoire,
Charrie les sens matois
Où s’émousse le moi

Gabrielle. E.

Des nouvelles de notre blog

Bonjour à toutes et tous.

Bienvenue sur notre blog Paroles de Poètes.

Sur notre blog, il vous est possible de publier et lire vos poèmes en ligne

Que vous soyez poète amateur ou professionnel de l’écriture, votre poème  aura l’opportunité d’être lu !

Libre d’expression, notre blog accueille toute forme et tout style de poésie sans discrimination d’âge, de pays, de croyance.

L’indulgence et la tolérance sont les acquis qui permettront de vivre cette passion au sein de cet espace convivial et chaleureux

Convivialité, respect et courtoisie sont les atouts charme de nos adhérents.

Prenez plaisir à écrire, lire et commenter.

Chaque adhérent peut s’inscrire sur ce blog  » Paroles de Poètes ».  Une fois inscrit, vous avez alors la possibilité de vous y connecter et d’y écrire.

Attention : soyez vigilant à l’orthographe

Nous  vous proposons de l’aide pour la correction, si vous en avez besoin. Nous le ferons à votre demande seulement, sans jamais changer le sens de votre texte. Nous vous indiquerons les corrections effectuées avec les explications nécessaires.

Vous pouvez demander de l’aide en nous joignant soit par mail à : gabrielle.e@orange.fr  ou parolesdepoetes@yahoo.fr soit aussi par téléphone au 06 17 03 90 88

Je vous invite à venir nombreux pour écrire, lire et commenter la poésie sur notre site, afin qu’elle puisse vivre en liberté

A bientôt de vous lire, toutes et tous.

Gabrielle Egger
Paroles de Poètes