Meurtrissure

Meurtrissure

Enfant d’un monde en perdition
Visage fleuri de tristesse
Envolé de ta jeunesse
Petit lutin, joyeux luron

D’une démarche d’automate
Voyage, destination enfer
Sur les routes de ta galère
Aux rivages bordés de stigmates

Le vent fouette ton visage
Insensible, tu passe seul
Perdu dans des brumes de linceul
Fantôme dans mon paysage

Et je te regarde, étourdie
Là, poings liés, lassitude
Souffrance de solitude
Aux défis de cet infini.

Gabrielle. E.

4 réflexions au sujet de « Meurtrissure »

Laisser un commentaire